Bordel de merde, les livres d’aujourd’hui sont plus grossiers qu’avant !

Une étude menée par Jean Twenge, auteure de professeur de San Diego a été basée sur plus d’un million de livres.  Des spécialistes se sont chargés de comptabiliser le nombre de mots soit disant grossier, que l’on n’aurait même pas pu imaginer vers les années 1972.

D’après l’étude menée, les spécialistes ont déduisent que les auteurs se sont lâchés au cours de ces dernières années. Plus précisément, c’est vers l’année 2008 que l’on remarque que les livres comptent 28 fois plus de gros mots.

Pour voir les choses de son point positif, certains auteurs considèrent cette situation comme une libéralisation de l’expression personnelle. Certes est que pour pouvoir y percer plus clair, il convient également de voir les choses d’un point de vue positif. les personnes qui ont mené cette étude offrent alors un tout autre avis sur les résultats de l’expérience, en notant qu’il ne s’agit qu’une utilisation croissante de gros mots. D’après eux il serait plus aisé d’exprimer plus facilement les émotions et les traits qui caractérisent l’époque et la culture au cours desquels le livre ait été écrit. Il n’est évidemment pas étonnant de voir des auteurs de grande renommée comme Paul Beatty, auteur de ‘’Moi contre les Etats Unis D’Amérique’’ évoquer des termes que l’on classe parmi les gros mots. Il en est de même pour Fagan, auteure de La Sauvage, qui a dernièrement été acclamée par toutes sortes de critiques littéraires. N’empêche le fait que dans une époque pas si éloignée que ça, les romans étaient considérés comme des moyens d’éducation et de guide moraux, cette prise de liberté d’expression qui justifie la présence de plus en plus de gros mots dans le livres de nos jours serait-elle alors un trait qui donne une vraie signification à l’évolution ?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *